18/07/2015

Entre Mythe et Réalité, la mémoire de l'eau a divisé les avis

 

P7073183 copie.jpg

 

 

 

Daniel Delille a bousculé lors de sa conférence, sur le sujet controversé «la mémoire de l’eau : mythe ou réalité »,  les consciences de son auditoire du théâtre au plein air de Serres. 

En effet, il démontrait en tant qu’ingénieur comment les découvertes anciennes puis revisitées par certains chercheurs reconnus,  déclarant la possible mémoire qu’obtiendrait l’eau qui aurait été en contact au  préalable avec un produit, pourtant suivie de très près par les chercheurs, s’avérait fantaisiste.. 

Un débat qui permit aux participants d’apprécier la vigueur des échanges et l’intérêt de telles révélations pour chacun, alors que certains chercheurs étaient venus de loin –parfois d’autres régions de France- spécialement pour écouter Daniel Delille.

 

27/10/2014

A la découverte de la Source Salée de Sougraigne

PA140202.JPG

Dans le cadre de leur projet de classe sur la thématique de l’eau, la classe de 5ème du collège Joseph-Anglade de Lézignan Corbières avait fait le déplacement mardi 14 octobre au Domaine de l’Eau Salée à Sougraigne. L’objectif était pour eux de découvrir la Source Salée de la Sals qui jaillit au cœur de ce domaine forestier, mais aussi les autres richesses naturelles et patrimoniales de ce lieu chargé d’Histoire tels des fours verriers sylvestres ayant fonctionnés entre 1650 et 1750 et remarquablement bien conservés.

Accueillis et guidés par un membre de l’assocation Salicorne,  les élèves accompagnés de Sophie LANDAIS MARCOUL, professeur documentaliste et de Thomas TIRRILINI, professeur d’histoire-géographie ont pu mettre leurs pas dans ceux de personnages d’antan : contrebandiers du sel, charbonniers, gentilshommes verriers, paysans…  grâce à l’itinéraire de découverte nouvellement installé sur le site.

L’association Salicorne, basée à Sougraigne,  a pour objectifs la sauvegarde, la valorisation et la promotion du Domaine de l’Eau Salée. Elle organise, entre autres, tout au long de l’année des visites guidées sur le site.

 

Contact : Tel 04.68.69.82.94, mail : contact@salicorne-en-aude.fr, site internet : www.salicorne-en-aude.fr 

13/09/2014

Rennes-le-Château L'ufologie alimente les débats à Rennes le Château

 

jpeg.jpg


Les événements récents dont nous nous étions fait l’écho (notre édition du 03/09/2014) depuis Rennes le Château sur le Pic du Bugarach aura permis à  la 2e journée ufologique du Razès  de s’être déroulée à grand renfort de publicité.

 

L’omniprésence du Pic de Bugarach  aux débats.

Le fait que les médias aient colporté la tenue de ce colloque, n’a pas empêché la bonne tenue et le sérieux des conférences. Après les mots de bienvenue d’Alexandre Painco, maire, qui relève la présence d’une jeune génération de chercheurs, il  souligne le sérieux de la discipline et des recherches qu’elle entreprend.

Yves Lignon ouvrira les débats, alors que Jean-Luc Rivera donnera un cadre à cette journée en peignant une définition d’un cas «solide» en matière ufologique. Se succèderont ensuite Didier Gomez, rédacteur l’Ufomania, Vincent Jammes avec l’incident de Moriches Bay, puis les exoplanètes (planètes  identiques à la Terre). Les participants s’étonneront du fait qu’il n’hésite pas à estimer désormais que «ceux qui nous visitent» auraient un décalage de deux siècles, par rapport à notre civilisation.

L’universitaire  Geneviève Beduneau, et le journaliste Jocelin Morission animeront les débats lors de la table ronde de clôture, notamment avec le «cas Phoenix». Beaucoup d’interrogations subsistent malgré l’ampleur du phénomène. On sait les militaires de divers pays détenteurs de nombreuses informations. Pourtant, visible de la salle, le Pic de Bugarach n’en finit pas d’interroger.

 

Ouverture d’esprit et recherches de vérités 

Une excellente journée que les participants du Grand Sud  (venus de Toulouse ou Montauban) plébisciteront. Il va sans dire qu’une troisième journée est d’ores et déjà programmée l’année prochaine. Inutile de souligner que les  sujets des conférences ne manquent pas. En effet, si l’origine des phénomènes n’est pas encore clairement identifiée, de nombreuses pistes demeurent envisageables. L’ouverture d’esprit est déterminante  pour mieux appréhender leur signification dans notre environnement immédiat. Les enquêtes sur le terrain n'en constituant que la première étude. 

 

P9066060.JPG

 

P9066016.JPG

P9066012.JPG

 

P9066057.JPG

P9066000.JPG

22:43 Écrit par CATHERINE MERCIER dans actualité, EVENEMENT, NOS VILLAGES, Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |