22/10/2015

Rennes-le-Château Désormais, ce sont les gourmets que Rennes le Château séduit au travers les Carnets de Julie

IMG_2154 copie.jpg

Mercredi 21 octobre prochain, à 20h50,  France 3 diffusera à heure de grande écoute «Les Carnets de Julie Grand Format» consacrés au Pays Cathare. 

Un décrochage du littoral vers la Haute-Vallée de l’Aude. 

Escapade culinaire, bien sûr, mais pas seulement ! Car l’équipe de Julie Andrieu a aussi été attirée par l’énigmatique village de Rennes-le-Château. Au mois d’avril dernier, alors qu'elle sillonne le littoral audois, elle découvre l’existence du fameux « curé aux milliards » de Rennes-le-Château. Intrigués, deux collaborateurs de la célèbre animatrice prennent alors contact avec Christian Doumergue, auteur du « Secret dévoilé : enquête sur les mystères de Rennes-le-Château » (éd. De L’Opportun). Quelques mots sont échangés par téléphone, puis rendez-vous est sitôt pris au pied de la Tour Magdala pour une présentation des lieux et d' Histoire « in situ ». 

Le poids du sujet l'emporte !

Il s’agit de déterminer si le sujet mérite ou non d’être intégré à l’émission. Au bout de quelques minutes, c’est décidé et Julie ne pourra pas éviter Rennes-le-Château lors de sa traversée du Pays Cathare ! Le surlendemain, c’est donc l’équipe au complet qui prend d'assaut  le village. La célèbre 504 rouge traverse la rue principale et s’immobilise à quelques mètres de l’église. C’est là que le tournage commence... Christian Doumergue accueille Julie, et lui raconte l’étrange affaire Saunière… Sa fortune soudaine en apparence, les fouilles réalisées par le prêtre, la rumeur du trésor… Le voyage se poursuit dans le domaine de l’abbé, devant les galeries creusées par d’anciens propriétaires du lieu avides d’en percer le secret. « Un moment extrêmement sympathique ! résume Christian Doumergue. Julie Andrieu a découvert avec curiosité toute cette histoire ! » Une histoire qui décidément ne lasse pas d’intriguer ! Les dernières prises de vue ont été réalisées dans la lumière déclinante de la fin du  jour. 

Le lendemain, le tournage s’achève autour du traditionnel banquet final durant lequel l’abbé Saunière s’est bien sûr invité..

                                                                                                                                                               Cathy Mercier 

 

27/07/2015

Patrick de Carolis nous a conquis

 

 

 

 

P7053109 copie1.jpg

Que dire de cette rencontre, de cette fusion  entre Patrick de Carolis, journaliste et homme de télévision et d’images, écrivain de romans, renouant pour notre plus grand plaisir avec la poésie, un poète des temps modernes donc… et les participants  à la lecture de son ouvrage « Refuge pour temps  d’orage » qui n’aurait sûrement jamais pensé vivre une telle expérience poétique, avec autant de simplicité et de sensibilité.

P7053115 copie.jpg

.. L’auteur aurait-il réussi à capturer ces lointaines images ? 

Patrick de Carolis aurait-il envoûté son auditoire qui fermait majoritairement les yeux les premières phrases dites, sans se défendre pour s’enfoncer dans la douceur d’un écrin porté par une lecture exquise et révélatrice ? 

D’un ruban de mots imagés, se dessinaient sentiments, senteurs et couleurs imprégnées qui resurgissaient et que l’auteur détourait dans son souvenir, celui-là même que tous reconnaissent maintenant, là,  au creux de leur enfance, à portée de sens. 

Etait-ce un voyage au pays du mouvement ou celui de la tristesse, de la douleur  peut être ? Tous pourtant trouvaient asile à l’abri de ces mots que l’auteur murmure maintenant.  

P7053125.JPG

Caressés par un vent léger mêlé à  la chaleur d’une fin d’après midi, l’osmose fut intense et palpable, les mots dont le ruban qui toujours se défaisait sur ces jours de quête se succédant donnèrent plus encore de prétextes au bonheur d’être là et  d’entendre ces mots, ces sonorités, et ces images qui dansaient maintenant, faisant se mêler souvenirs et pensées, réel et imaginaire conjugués  aux temps présent et lointains...

De longs applaudissements saluèrent Patrick de Carolis pour le grand moment que tous venaient de vivre. Cette langue française dont la richesse a paru intarissable, le bonheur rencontré dans cette recherche pour un refuge dans laquelle l’auteur jamais ne se perdit.

P7053156.JPG

A l’issue de ces instants, Patrick de Carolis a rencontré et échangé avec son public. Il s’est plu à détailler les instants précieux qu’il venait de vivre. Il se dévoilait plus encore, en nous accordant quelques instants..  il avait partagé la douceur des lieux au Château de Serres auprès de son hôte, Michèle Deschamps, qu’il remerciait maintenant et de ce public dans le théâtre au plein air qui l’avait accueilli. Une forte similitude avec ses origines arlésiennes l’avait imprégné et conquis. A peine installé, les cigales, le vent léger et les odeurs avaient renforcé ce bien-être.  Cet amoureux du Patrimoine, cet Homme de Lettres et d’Images parait maintenant attaché aux lieux. « Ce théâtre, nous déclarera-t-il, extraordinaire et intime où le public s’agrège et s’épanouï  naturellement, se révèle à chacun à la fois par son architecture et son environnement. Il apporte des moments de grâce et lorsqu’ils sont dédiés au verbe, il parait  presque impossible de ne pas être conquis.»  

P7053170 copie.jpg

Au théâtre de Jean Deschamps, je reviendrai !

Dans cet havre de paix au pied du Cardou, de ce théâtre au plein air créé par Jean Deschamps -en ode à la poésie, au théâtre et à la musique classique- que le château en point de mire, apaise et réconforte, engage et transporte, Patrick de Carolis nous a dit combien il espérait revenir une saison prochaine....

 

25/07/2015

Cubières-sur-Cinoble : Ce WEEK END, on plonge dans les années 1900 !!!!!

 

 

P7264941.JPG

 

Les metiers des années 1900 mode d'emploi 

Le moulin à eau de 1073 en fonctionnement, les lavandières lavant le linge à la rivière, les scieurs de long, le saborier, les batteuses, le manège à bœufs, la lieuse, le fauchage, l'arrachage des pommes de terre à cheval (puis dégustées en frites à midi), le cerclage de foudres, la cuisson du pain à l'ancienne.. sans oublier la maîtresse d'école et ses porte plumes «Sergent Major» ou les bonnets d'ânes seront tous samedi 25 et dimanche 26 juillet à Cubières.. 

P7264916 copie.jpg

Un village qui se savoure

Remonter les couloirs du temps avec le village médiéval et ses chevaliers , mais aussi s'immerger dans les années 1900 où le village se pare une nouvelle fois des vêtements, des outils et de l'ambiance de la période. Transformés en musées, les remises affichent outils en bois, instruments de mesure et cuisine à l'ancienne. Les véhicules toujours plus rutillents s'exposent : motos, tracteurs et vieilles voitures défileront les matins depuis Galamus jusqu'au village pour s'y afficher dès 10h30,  proche du marché du terroir.

P7264935.JPG

La confection d'une charbonnière sera l'animation originale du week-end. 

P7264955.JPG

Organisée par le comité des fêtes, la fête reçoit l'adhésion de tout le village

Restauration sur place prévue avec  menus terroir ou de tradition (les restaurants sont également ouverts). Le samedi soir repas traditionnel dans le champ sur réservation (04 68 69 88 91 – 06 70 65 19 12) suivi d’un grand bal- Dimanche à 10h30 – Messe suivie de la chorale les 2 Pics en Chœur. Animation des métiers durant  les 2 jours.

sabotier copie.jpg

 

 

scieur de long.JPG

 

 

IMG_045386.jpg