22/10/2015

Rennes-le-Château Désormais, ce sont les gourmets que Rennes le Château séduit au travers les Carnets de Julie

IMG_2154 copie.jpg

Mercredi 21 octobre prochain, à 20h50,  France 3 diffusera à heure de grande écoute «Les Carnets de Julie Grand Format» consacrés au Pays Cathare. 

Un décrochage du littoral vers la Haute-Vallée de l’Aude. 

Escapade culinaire, bien sûr, mais pas seulement ! Car l’équipe de Julie Andrieu a aussi été attirée par l’énigmatique village de Rennes-le-Château. Au mois d’avril dernier, alors qu'elle sillonne le littoral audois, elle découvre l’existence du fameux « curé aux milliards » de Rennes-le-Château. Intrigués, deux collaborateurs de la célèbre animatrice prennent alors contact avec Christian Doumergue, auteur du « Secret dévoilé : enquête sur les mystères de Rennes-le-Château » (éd. De L’Opportun). Quelques mots sont échangés par téléphone, puis rendez-vous est sitôt pris au pied de la Tour Magdala pour une présentation des lieux et d' Histoire « in situ ». 

Le poids du sujet l'emporte !

Il s’agit de déterminer si le sujet mérite ou non d’être intégré à l’émission. Au bout de quelques minutes, c’est décidé et Julie ne pourra pas éviter Rennes-le-Château lors de sa traversée du Pays Cathare ! Le surlendemain, c’est donc l’équipe au complet qui prend d'assaut  le village. La célèbre 504 rouge traverse la rue principale et s’immobilise à quelques mètres de l’église. C’est là que le tournage commence... Christian Doumergue accueille Julie, et lui raconte l’étrange affaire Saunière… Sa fortune soudaine en apparence, les fouilles réalisées par le prêtre, la rumeur du trésor… Le voyage se poursuit dans le domaine de l’abbé, devant les galeries creusées par d’anciens propriétaires du lieu avides d’en percer le secret. « Un moment extrêmement sympathique ! résume Christian Doumergue. Julie Andrieu a découvert avec curiosité toute cette histoire ! » Une histoire qui décidément ne lasse pas d’intriguer ! Les dernières prises de vue ont été réalisées dans la lumière déclinante de la fin du  jour. 

Le lendemain, le tournage s’achève autour du traditionnel banquet final durant lequel l’abbé Saunière s’est bien sûr invité..

                                                                                                                                                               Cathy Mercier 

 

SAINT JUST ET LE BEZU : Une nuit en compagnie des Templiers

 

PA126335 copie2signée.jpg

Chaque année, simples curieux ou passionnés d’histoire et de légendes se retrouvent pour une nuit étrange en souvenir du 13 octobre 1307

 

Plus de 700 ans après le vendredi 13 octobre 1307, l’âme des Templiers rôde autour du château de Saint-Just-et-le-Bézu…

L’implantation les Templiers dans la vallée du Bézu à la fin du XIIIe siècle ou au tout début du XIVe siècle est établie. L’abbé Mazières confirmera, qu’une étrange manifestation en relation avec la fin de l’Ordre se produit immuablement au cours de la nuit du 12 au 13 octobre.
Depuis les Baruteaux
« C’est en effet depuis la métairie des Baruteaux que le puits mystérieux accueille depuis plus de 700 ans la petite cloche d’argent des Templiers. Tous les ans, elle sonne le glas. Une longue file d’ombres blanches venant du cimetière abandonné monterait vers les ruines du château, il s’agirait des templiers trépassés recherchant la petite église d’autrefois pour y chanter l’office des défunts »
La célèbre superstition viendrait d’ailleurs du vendredi 13 octobre 1307 à l’aube, au cours de laquelle les officiers du Roi Philippe le Bel ont pratiqué la «rafle des Templiers».
Fausse monnaie au château
C’est aussi en 1307 qu’Athon Aure, vassal du Comte vivant au château d’Abezunm, puis quelques années plus tard d’autres notables furent accusés de fabrication de fausse monnaie. La ferme des Tipliés, à son pied, semble souligner et conforter l’histoire.
Le lecteur attentif du Da Vinci Code, aura relevé l’indice lié au fameux commissaire ayant pour patronyme Bézu Fache…

Une célébration toujours respectée
Il est de coutume de célébrer cette légende cette nuit-là par sa présence ou au moins un coup de fil aux amis, car depuis le château la 4G passe «à fond» !
Chacun donne à sa présence les raisons et les significations qui lui sont propres. À quelques encablures du premier camp de base, un autre camp de fortune regroupe trois amis vêtus en Templiers. Cette identification à cet ordre, véritable souveraineté féodale pourrait paraître bucolique et semble effacer 700 ans d’histoire.
Tous trouvent là, au pli de nos légendes les véritables raisons, parfois les valeurs qui les lient à ce territoire.
Combien d’habitants de celui-ci connaissent l’importance d’une telle célébration, alors qu’à l’autre bout du monde, les internautes ont relevé qu’entre le célèbre Pic de Bugarach et de Rennes-le-Château, se dresse le château de Saint-Just-et-le-Bézu et qu’en 2015, il a plu légèrement à cet endroit-là, au cours de la fameuse nuit…

 

Cathy Mercier

09/08/2015

Le Château des Ducs de Joyeuse, une bâtisse insolite

P8074565 copie copie.jpg

 

La participation du Château des Ducs de Joyeuse, comme partenaire privilégié au premier festival du film insolite de Rennes le Château s’imposait comme un incontournable lieu de réception d’une telle manifestation.
Un cadre pour la délibération du jury

En effet, si les projections se dérouleront à Rennes le Château, c’est à Couiza, au Château des Ducs de Joyeuse que le jury délibèrera, offrant ses salons aux conférences et autres entrevues inhérentes au festival.

Des cours de Adi Vajra Shaki Yoga

 L’organisation le lundi  de 15h à 17h  et le mercredi de 11h à  13h d’ atelier-découverte de Adi Vajra Shakti Yoga animé par  Anne Paris, permet de donner de qualifier le lieu de calme.
La présence de grands noms du spectacle dont Pierre Richard, parrain de ce premier festival, Andréal Férréol, Jean Claude Dreyfus, Hélène Guétary, Beryl Peillard, Christophe Blanc, Jean-Michel Roux et Olivier Marchal participants à ce festival, associent le château à l’Insolite. Au souterrain reliant Coustaussa  dont il ne reste rien et à l’insolite qui ne semble pas avoir sa place en ce lieu, La décoration dévoile pourtant quelques petites particularités plutôt drôles d’ailleurs…

Insolites pierres

 

Ainsi les convives déjeunant dans la cour intérieure par exemple, ne se savent pas observés par un visage, bien dissimulé sous l’escalier… D’autres particularités demeurent cachées et ne se dévoilent qu’à une certaine heure du jour ou à la nuit tombée, grâce à un jeu d’éclairage.