22/10/2015

Rennes-le-Château Désormais, ce sont les gourmets que Rennes le Château séduit au travers les Carnets de Julie

IMG_2154 copie.jpg

Mercredi 21 octobre prochain, à 20h50,  France 3 diffusera à heure de grande écoute «Les Carnets de Julie Grand Format» consacrés au Pays Cathare. 

Un décrochage du littoral vers la Haute-Vallée de l’Aude. 

Escapade culinaire, bien sûr, mais pas seulement ! Car l’équipe de Julie Andrieu a aussi été attirée par l’énigmatique village de Rennes-le-Château. Au mois d’avril dernier, alors qu'elle sillonne le littoral audois, elle découvre l’existence du fameux « curé aux milliards » de Rennes-le-Château. Intrigués, deux collaborateurs de la célèbre animatrice prennent alors contact avec Christian Doumergue, auteur du « Secret dévoilé : enquête sur les mystères de Rennes-le-Château » (éd. De L’Opportun). Quelques mots sont échangés par téléphone, puis rendez-vous est sitôt pris au pied de la Tour Magdala pour une présentation des lieux et d' Histoire « in situ ». 

Le poids du sujet l'emporte !

Il s’agit de déterminer si le sujet mérite ou non d’être intégré à l’émission. Au bout de quelques minutes, c’est décidé et Julie ne pourra pas éviter Rennes-le-Château lors de sa traversée du Pays Cathare ! Le surlendemain, c’est donc l’équipe au complet qui prend d'assaut  le village. La célèbre 504 rouge traverse la rue principale et s’immobilise à quelques mètres de l’église. C’est là que le tournage commence... Christian Doumergue accueille Julie, et lui raconte l’étrange affaire Saunière… Sa fortune soudaine en apparence, les fouilles réalisées par le prêtre, la rumeur du trésor… Le voyage se poursuit dans le domaine de l’abbé, devant les galeries creusées par d’anciens propriétaires du lieu avides d’en percer le secret. « Un moment extrêmement sympathique ! résume Christian Doumergue. Julie Andrieu a découvert avec curiosité toute cette histoire ! » Une histoire qui décidément ne lasse pas d’intriguer ! Les dernières prises de vue ont été réalisées dans la lumière déclinante de la fin du  jour. 

Le lendemain, le tournage s’achève autour du traditionnel banquet final durant lequel l’abbé Saunière s’est bien sûr invité..

                                                                                                                                                               Cathy Mercier 

 

SAINT JUST ET LE BEZU : Une nuit en compagnie des Templiers

 

PA126335 copie2signée.jpg

Chaque année, simples curieux ou passionnés d’histoire et de légendes se retrouvent pour une nuit étrange en souvenir du 13 octobre 1307

 

Plus de 700 ans après le vendredi 13 octobre 1307, l’âme des Templiers rôde autour du château de Saint-Just-et-le-Bézu…

L’implantation les Templiers dans la vallée du Bézu à la fin du XIIIe siècle ou au tout début du XIVe siècle est établie. L’abbé Mazières confirmera, qu’une étrange manifestation en relation avec la fin de l’Ordre se produit immuablement au cours de la nuit du 12 au 13 octobre.
Depuis les Baruteaux
« C’est en effet depuis la métairie des Baruteaux que le puits mystérieux accueille depuis plus de 700 ans la petite cloche d’argent des Templiers. Tous les ans, elle sonne le glas. Une longue file d’ombres blanches venant du cimetière abandonné monterait vers les ruines du château, il s’agirait des templiers trépassés recherchant la petite église d’autrefois pour y chanter l’office des défunts »
La célèbre superstition viendrait d’ailleurs du vendredi 13 octobre 1307 à l’aube, au cours de laquelle les officiers du Roi Philippe le Bel ont pratiqué la «rafle des Templiers».
Fausse monnaie au château
C’est aussi en 1307 qu’Athon Aure, vassal du Comte vivant au château d’Abezunm, puis quelques années plus tard d’autres notables furent accusés de fabrication de fausse monnaie. La ferme des Tipliés, à son pied, semble souligner et conforter l’histoire.
Le lecteur attentif du Da Vinci Code, aura relevé l’indice lié au fameux commissaire ayant pour patronyme Bézu Fache…

Une célébration toujours respectée
Il est de coutume de célébrer cette légende cette nuit-là par sa présence ou au moins un coup de fil aux amis, car depuis le château la 4G passe «à fond» !
Chacun donne à sa présence les raisons et les significations qui lui sont propres. À quelques encablures du premier camp de base, un autre camp de fortune regroupe trois amis vêtus en Templiers. Cette identification à cet ordre, véritable souveraineté féodale pourrait paraître bucolique et semble effacer 700 ans d’histoire.
Tous trouvent là, au pli de nos légendes les véritables raisons, parfois les valeurs qui les lient à ce territoire.
Combien d’habitants de celui-ci connaissent l’importance d’une telle célébration, alors qu’à l’autre bout du monde, les internautes ont relevé qu’entre le célèbre Pic de Bugarach et de Rennes-le-Château, se dresse le château de Saint-Just-et-le-Bézu et qu’en 2015, il a plu légèrement à cet endroit-là, au cours de la fameuse nuit…

 

Cathy Mercier

17/07/2015

12e marche du sel

 

 

20150704_102157.jpg

P7042793 copie.jpg

La 12e marche du sel s’est déroulée hier samedi, affichait temps clément et belle journée. Le soleil jouant à cache-cache avec les 400 participants  était engageant, il rendait l’ombre reposante et les pauses-contes, pauses-théâtre ou pauses musicales, délicieuses. Chacun pouvait mesurer la qualité d’une  organisation parfaite.  Cette randonnée  a pour thème  le Sel, richesse toujours présente sur le territoire, sous toutes ses formes.. Les ânes,  rythmèrent les pas et se révélèrent d’agréables compagnons tout au long de la journée. 

P7042788 copie.jpg

L’itinéraire serpente au milieu des forêts, des champs  dans des paysages à couper le souffle. 

P7042881.JPG

Réunis cette année autour d’un déjeuner paysan sur la place de Fourtou, les participants purent déjà prendre la température de l’esprit de la balade avec les discours de Gilbert Cros Président de l’Association Salicorne, Bernard Cros Maire de Fourtou –village départ et arrivée-, Jacques Hortala Président de la CdC du Pays de Couiza et de Francis Savy, nouveau conseiller départemental. 

P7042894.JPG

Oui ! Cette 12e édition de la Marche du sel qui avait débuté à 40 participants a grandi et est devenue une animation très recherchée puisqu’en 2015, 400 personnes y adhèrent pleinement. Il faut en effet souligner ici, que loin d’une participation passive, les randonneurs adoptent un territoire, et en mesurent ses richesses insoupçonnées à chaque pas. La pause-photo au pied du Pic fut magique, elle embrassait les Pyrénées dévoilait ses montagnes lointaines à perte de vue : site grandiose !

Sans doute faut-il remonter pour  trouver l’origine d'une telle aventure 14 années en arrière, lorsque, en collaboration avec l’association de développement des Pyrénées,  la démarche de mico-développement avait été implulsée, ellequi s' attachait à faire découvrir ce territoire trop « méconnu », à le faire apprécier et surtout à y revenir pour  le faire vivre. 

P7043041.JPG

Lorsque le « théâtre d’aïci » au travers la voix de son « encantaïre » (publieur de nos contrées) dit, « A Fourtou, c’est pas comme partout » ou « A Fourtou, Y-a-pas-de-sous », c’est cruellement tellement vrai que tous les villages environnants sont dans la même situation. Il suffirait que le tourisme devienne une réalité bien plus réelle et palpable pour que toute cette économie décolle. La détermination d’un groupe de bénévoles qui s’investissent à 200 % même s’ils se sont étoffés au fil des ans aux côtés des élus locaux pour  qu’ensemble, ils aient créé l’originale aventure de la «Marche du Sel ».

P7043017.JPG

La Marche du Sel, vitrine du territoire

Les participants,  venus de Montpellier, de Leucate, du Barcarès, de Tautavel ou d’Albières dirent combien s’ils aimaient la randonnée, ils trouvaient auprès de cette marche familiale, toute la détermination d’un territoire qui œuvre dans le même sens. Celui -ci n’a rien à égaler aux autres grands sites touristiques, tant l’accueil est particulièrement attachant. 

P7042819.JPG

La participation des conteurs Olivier de Robert et Jean-Jacques Delpoux donnèrent aux  groupes qu’ils accompagnaient des moments exquis, à la pause théâtre où la troupe « Téatre d’aïci » a su redonner à l’occitan ses accents et ses formules qui emportèrent les spectateurs dans des  rires hilarants, semblant renouer avec les repas et fêtes familiales d’antan… Sont-elles réellement si lointaines ?  

2008 juillet 14 044.jpg

Ces pépites venues du cœur de la terre demeurent la richesse du territoire

L’arrivée à la Source salée et la pause-déjeuner marquèrent déjà le milieu d’une journée riche en émotions, en sensations, déjà pleine de senteurs et de saveurs. Le retour avec toujours plus de surprises dont un concert de musique allait donner l’envie d’emporter ces petits grains de sels qui resteront au fond de la marmite dont l’eau se sera évaporée, comme des pépites d’une richesse insoupçonnée. Une richesse qui justement les avait tous conduits sur cette route des contrebandiers. Fleurtant avec les colporteurs, paysans, contrebandiers ou maîtres verriers qui avaient sillonné nos terres et qui semblaient renaitre dans le cœur de chaque participants..

 

P7064073 copie.jpg