22/10/2015

SAINT JUST ET LE BEZU : Une nuit en compagnie des Templiers

 

PA126335 copie2signée.jpg

Chaque année, simples curieux ou passionnés d’histoire et de légendes se retrouvent pour une nuit étrange en souvenir du 13 octobre 1307

 

Plus de 700 ans après le vendredi 13 octobre 1307, l’âme des Templiers rôde autour du château de Saint-Just-et-le-Bézu…

L’implantation les Templiers dans la vallée du Bézu à la fin du XIIIe siècle ou au tout début du XIVe siècle est établie. L’abbé Mazières confirmera, qu’une étrange manifestation en relation avec la fin de l’Ordre se produit immuablement au cours de la nuit du 12 au 13 octobre.
Depuis les Baruteaux
« C’est en effet depuis la métairie des Baruteaux que le puits mystérieux accueille depuis plus de 700 ans la petite cloche d’argent des Templiers. Tous les ans, elle sonne le glas. Une longue file d’ombres blanches venant du cimetière abandonné monterait vers les ruines du château, il s’agirait des templiers trépassés recherchant la petite église d’autrefois pour y chanter l’office des défunts »
La célèbre superstition viendrait d’ailleurs du vendredi 13 octobre 1307 à l’aube, au cours de laquelle les officiers du Roi Philippe le Bel ont pratiqué la «rafle des Templiers».
Fausse monnaie au château
C’est aussi en 1307 qu’Athon Aure, vassal du Comte vivant au château d’Abezunm, puis quelques années plus tard d’autres notables furent accusés de fabrication de fausse monnaie. La ferme des Tipliés, à son pied, semble souligner et conforter l’histoire.
Le lecteur attentif du Da Vinci Code, aura relevé l’indice lié au fameux commissaire ayant pour patronyme Bézu Fache…

Une célébration toujours respectée
Il est de coutume de célébrer cette légende cette nuit-là par sa présence ou au moins un coup de fil aux amis, car depuis le château la 4G passe «à fond» !
Chacun donne à sa présence les raisons et les significations qui lui sont propres. À quelques encablures du premier camp de base, un autre camp de fortune regroupe trois amis vêtus en Templiers. Cette identification à cet ordre, véritable souveraineté féodale pourrait paraître bucolique et semble effacer 700 ans d’histoire.
Tous trouvent là, au pli de nos légendes les véritables raisons, parfois les valeurs qui les lient à ce territoire.
Combien d’habitants de celui-ci connaissent l’importance d’une telle célébration, alors qu’à l’autre bout du monde, les internautes ont relevé qu’entre le célèbre Pic de Bugarach et de Rennes-le-Château, se dresse le château de Saint-Just-et-le-Bézu et qu’en 2015, il a plu légèrement à cet endroit-là, au cours de la fameuse nuit…

 

Cathy Mercier

Les commentaires sont fermés.