02/10/2014

Couiza Chirurgien de l’impossible : un couizanais rentre d’une mission humanitaire à Gaza

 

gaza,chirurgien,couiza,couizanais,humanitaire,mission humanitaire

 

 

 

Gaza, chirurgien, couiza, couizanais, humanitaire, mission humanitaire

La chirurgie réparatrice au cœur du conflit

C’est dans le cadre d’une mission humanitaire de 12 jours que le chirurgien plasticien  Dominique Saunière s’est rendu à Gaza. Après avoir connu d’autres destinations par le passé (Bengladesh, Haïti, Madagascar ou Cambodge), c’est à Gaza qu’Humaniterra International (ONG française chirurgicale) a financé cette année le séjour  d’une équipe d’évaluation et de secours constituée  d’un chirurgien, d’un anesthésiste et d’une  infirmière.

Nos missionnaires, conduits par le Dr Dominique Saunière, exerçaient la chirurgie plastique réparatrice et reconstructrice  tout d’abord à Jérusalem-Est puis à Naplouse (auprès de patients évacués de Gaza), avant d’entrer directement à Gaza dans les blocs des hôpitaux Al Shifa et Nasser, au gré des besoins immédiats  et en fonction des zones de conflits.

 

gaza,chirurgien,couiza,couizanais,humanitaire,mission humanitaire

Prison à ciel ouvert, Gaza émeut ses visiteurs qui y cultivent pourtant l’espoir

Brûlures, éclats de projectiles, écrasements dus à des effondrements d’immeubles étaient le lot quotidien du chirurgien couizanais de 47 ans -fils cadet de Gilbert & Claude Saunière-. Chef de la mission, le praticien nîmois nous décrit la chirurgie de guerre «lourde» auprès de nombreux  blessés civils et parmi eux  beaucoup d’enfants. Il raconte l’accueil formidable des équipes médicales locales et leur engouement pour bénéficier de l’apport spécifique de la chirurgie plastique et de ses dernières techniques en vigueur. « Nos interventions auront permis d’éviter de nombreuses amputations» et si l’aventure qu’il a vécue avec un enfant en bas âge rescapé (blessé à la tête et au pied), -recouverte de sa mère morte couchée pour le protéger- demeure un espoir, Dominique nous livre ses émotions. «Ce qui nous a le plus frappé sur le plan médical ce fut l’importance et la gravité des blessures qui ne sont plus vues dans nos pays occidentaux en paix et le désespoir des tous ces gens victimes d’une guerre qu’ils subissent. Nous avons pu leur apporter une aide médicale, d’une technicité nouvelle pour eux mais aussi le réconfort à l’idée que dans le monde des gens puissent se soucier d’eux et venir à leur secours, comme dans toute mission humanitaire ».

 

Le retour en France du chirurgien Dominique Saunière et de son équipe était fixé au 28 août, seulement deux jours après le cessez le feu mettant un terme à 50 jours de guerre et affichant un bilan de 2100 morts et plus de 10 000 blessés, pour Gaza uniquement. Ce retour, mettait un terme à une période difficile à vivre pour sa famille couizanaise qui suivait au jour le jour les négociations belligérantes.  Pourtant, au bout du monde, un couizanais se plongeait dans sa mission pour mieux affronter la dure réalité.

 

Catherine Mercier

 

gaza,chirurgien,couiza,couizanais,humanitaire,mission humanitaire

gaza,chirurgien,couiza,couizanais,humanitaire,mission humanitaire

Les commentaires sont fermés.