02/09/2014

Couiza Au milieu des rumeurs parfois infondées, le prédateur d’un autre genre guette …

vison version deux copie.jpgVoilà quelques mois, de nombreux éleveurs de poules se plaignent d’un massacre dans leur poulailler, sans à vrai dire trouver une solution pérenne. Se donnant beaucoup de mal pour éloigner cet exterminateur dont les méthodes diffèrent du renard qui emporte sa proie ou du putois (assez proche puisqu'il massacre beaucoup d'individus sans tous les manger), c’est souvent un mammifère semi-aquatique d’un nouveau genre qui est le coupable : le vison d’Amérique .. 

Au premier abord, «vison» fait aussitôt penser à un beau vêtement, longtemps recherché par la gent féminine. De là à penser que l’appât du gain a permis l’introduction de ce petit animal en France dès 1926 pour sa fourrure, il n’y a qu’un pas que nous franchissons allègrement. D’ailleurs, dans l’Aude, plusieurs élevages de visons avaient vu le jour sur le limouxin, Saissac, les Martys, Névian et même Narbonne…

 

Long à s’adapter, le vison vit le long des cours d’eau

Ce petit animal de 70 cm environ pour 1.5kg appartient, comme ses cousins putois ou loutre (d’Europe cette fois..), à la famille des mustélidés. Une tâche blanche plus ou moins prononcée sur la lèvre inférieure immacule son pelage généralement brun. Toutefois,  au bénéfice des croisements, le pelage peut s’avérer blanc, perle ou saphir.. L’espérance de vie de l’animal est de 10 ans et son territoire s’étend sur 2 à 5 km le long des cours d’eau. Se reproduisant dès l’âge de 9 mois (entre février et mars), la femelle qui porte 5 petits, met bas dès la fin du printemps.  En activité toute l’année, le vison d’Amérique n’hiberne pas, son mode de vie crépusculaire voire nocturne, n’empêche pas d’être parfois observé dans la journée, aux plus discrets.

 

Moindre effort pour un maximum d’énergie récupérée

photo copie.jpg

Vorace et opportuniste, notre prédateur peut manger aussi bien des oiseaux nichant au sol de des amphibiens, petits mammifères, reptiles, poissons. Tout en préférant une espèce abondante et facile à capturer en fonction de la saison et de la ressource alimentaire, il a donc un appétit féroce pour les poulaillers se trouvant au bord d’un cours d’eau ! 

 

La loutre, son prédateur le plus sûr :

Aujourd’hui, il n’y a plus d’élevages de vison dans l’Aude (le dernier a été recensé en 2000), et l’on peut attribuer les individus présents dans le milieu naturel soit échappés accidentellement ou lâchers volontairement des élevages… 

Enfin, selon les études faites sur le sujet (Aude Claire à Limoux), la loutre d’Europe –plus imposante- parviendrait à déloger et chasser ce prédateur d’un nouveau gendre, en se nourrissant des plus jeunes notamment. Faudrait-il re-colonier le milieu de loutres ? c’est une question intéressante à laquelle nous répondrons que la loutre est carnivore mais se nourrit de poissons (anguilles, truites, épinoches),batraciens ou rats musqués elle aime cependant tout particulièrement les écrevisses et bien souvent les myrtilles …. 

 

16:31 Écrit par CATHERINE MERCIER dans actualité, Loisirs, NATURE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.